Vendredi 21 juin 2019 20h: Duo Piano – Flûte. « Izlenim » Sarah Leroy Simon – Aline Poirier

Concert au chapeau pour les musiciens
Réservation: 01.48.86.25.17 ou art.piano@wanadoo.fr

Sarah Leroy Simon (piano)

La carrière de la pianiste Sarah Leroy-Simon commence très jeune. Formée par Wentsislav Yankoff puis Nikita Magaloff, elle reçoit en 1977 la médaille de bronze de la Légion Violette (Association culturelle des membres de la Légion d’Honneur, des Palmes Académiques, des Arts et des Lettres) et elle est invitée à l’âge de 12 ans à se produire en récital à Paris Salle Pleyel sous la présidence d’honneur de Georges Auric. La même année, elle reçoit
la médaille de bronze de la Société d’encouragement au progrès avant d’être lauréate des concours internationaux de Barcelone, Senigallia et Catanzaro. Titulaire du Diplôme d’État, elle enseigne au Conservatoire et aux Écoles de musique de Rouen, tout en menant une vie active de concertiste ; en tant que soliste avec l’Ensemble Orchestral de Normandie et dans diverses formations de musique de chambre. Elle s’établit ensuite en Turquie où elle crée en 2001 l’École Francophone de Musique d’Istanbul et se produit avec l’Orchestre National Symphonique d’Adana, en trio d’anches, avec le quintette à
vents d’Ankara, l’ensemble Mosaïque, ou dans diverses formations de musique de chambre. De retour en France en 2006, elle poursuit sa carrière de pédagogue dans la Région Rhône-Alpes où elle accompagne de nombreux choeurs et devient directrice de l’école de musique de Craponne.

Aline Poirier

Après ses premières années de flûte traversière au Havre, Aline Poirier poursuit sa formation avec Jean-Christophe Falala au Conservatoire de Rouen puis auprès de Geneviève Amar à la Ville de Paris où elle obtient son premier prix mention très bien à l’unanimité. Elle est lauréate des premiers prix d’excellence aux concours internationaux Léopold Bellan et à l’UFAM (Union des Femmes Artistes Musiciennes), et reçoit également le prix de la
vocation Andrée Lévarey. Depuis 1999, elle se spécialise en flûte traversière baroque avec Valérie Balssa et Marc Hantaï. Elle continue avec instrument renaissance grâce à Philippe Allain-Dupré, puis médiéval, à l’université de la Sorbonne. Elle est titulaire de deux Diplômes d’Etat de professeur : flûte traversière et musique ancienne. Elle enseigne ces deux disciplines au Conservatoire de Rouen depuis 1993, ainsi qu’au Conservatoire de Dieppe depuis 2012. Elle est aussi conseillère pédagogique au Centre de Formation des Enseignants en Danse et Musique de Normandie. Parallèlement à son activité de pédagogue, elle donne de nombreux concerts sur instruments modèles d’époque au sein d’ensembles aux esthétiques variées :
duo flûte et piano, quatuor de flûtes, formation baroque, ensemble médiéval et oriental.

Le Duo
Izlenim est un mot emprunté à la langue turque signifiant « Impression ». Les compositeurs européens à la fin du XIXè siècle, sous l’influence du courant pictural impressioniste utilisent les gammes orientales, redécouvrent la modalité et explorent la polytonalité. L’art de vivre à l’Européenne est apprécié par la cour ottomane à cette période. A Constantinople, sous l’influence des architectes européens, on construit des monuments art nouveau, dans les rues on se promène vêtu à l’européenne, et la langue du Sérail est le français. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les instruments évoluent considérablement. La flûte traversière,depuis longtemps en bois, à laquelle des clés s’ajoutent à partir du XVIIIe siècle, se voit au fil du temps dotée d’un mécanisme complexe.
La flûte moderne, mise au point par Théobald Böhm, entièrement en métal fin du XIXe siècle, rencontre un grand succès à Paris, puis dans le monde entier. Le piano forte inventé au XVIIIe siècle trouve au début du XXe siècle ses caractéristiques actuelles : cadre en fonte, marteaux en feutre…
Le tournant du XXe siècle correspond à une évolution stylistique en rapport direct avec l’évolution de la facture instrumentale : timbres modernes, ambitus élargis.

Aline Poirier et Sarah Leroy-Simon ont commencé ensemble leurs carrières de professeur auprès du public rouennais. Le virage esthétique de la période moderne et le potentiel expressif de la flûte traversière en dialogue avec le piano sont les sources d’inspiration des deux artistes qui se sont
retrouvées en 2015, année de naissance du duo Ízlenim, avec un désir commun : faire vivre leur répertoire d’élection à travers des oeuvres de compositeurs français et turcs.

Les commentaires sont fermés